Faire un business plan : les étapes clés

comment faire un business plan

La rédaction d’un business plan est incontournable lorsque l’on veut créer son entreprise. Ce document permet de construire et mûrir son projet. Il permet de développer la structure et la stratégie à employer pour seul but : la viabilité d’une entreprise. Cette étape clé dans la création d’une entreprise peut être perçue comme difficile pour les entrepreneurs. En effet, beaucoup d’entrepreneurs ne savent pas par quoi commencer, quelle structure adopter, quels sujets aborder, etc. Nous vous expliquons dans cet article qu’est ce qu’un business plan et les étapes à mettre en place pour la rédaction de celui-ci.

Qu’est-ce qu’un business plan ?

Le business plan ou également appelé “plan d’affaire” ou “prévisionnel” est le document de référence à rédiger avant la création d’une société. C’est un guide de l’entrepreneur décivrant tout simplement les points clés de la construction d’un projet et les attentes d’évolution. Il doit contenir tous les détails afin de prouver la solidité et la viabilité de l’entreprise. Il permet d’apporter de la visibilité et d’évaluer la rentabilité à court, moyen et/ou long terme. Celui-ci sert d’anticipation pour le futur de l’entreprise permet d’éviter les mauvaises surprises. 

C’est également avec ce dossier qu’un entrepreneur pourra activer des fonds auprès des créanciers, que ce soit des banques ou des investisseurs. En effet, les banques demandent un business plan afin de comprendre et estimer le projet. La plus grande mission du business plan est de débloquer du financement, sans celui-ci, il est difficile de convaincre les futurs investisseurs.

Ce document contient toutes les informations d’un projet et à pour but de détailler, guider et convaincre. Il est d’une importance capitale et doit donc être bien construit, soigné et réfléchi.

Pour en savoir plus : A quoi sert un Business plan ? Quelle est sa définition ?

Les étapes de rédaction

Comment structurer la rédaction de son business plan afin que celui-ci soit impactant. Le but étant de lui donner du sens et de la fluidité, pour cela, des étapes sont à respecter.

1. L’Executive Summary

La première partie du business plan est appelé “executive summary” ou “résumé opérationnel” en français. Cette étape est la clé de l’ensemble de votre document. Ce résumé est très court et concis, il doit tenir sur maximum 2 pages. Son but est de donner une vision globale du projet en 2 pages. En effet, après la lecture de celui-ci, son lecteur doit être dans la capacité de comprendre les tenants et aboutissants du projet de l’entrepreneur. Le lecteur doit comprendre les particularités du projet qui font la différence. Cet executive summary doit présenter et donner envie. Son importance est capitale car on y trouve l’essentiel du projet avec notamment les éléments suivants :

  • Le nom de la future entreprise
  • L’activité exercée
  • L’histoire du projet
  • Les cibles principales
  • Le positionnement dans le marché visé
  • La présentation de l’équipe

Ces éléments représentent tout ce qu’il faut savoir pour connaître et comprendre au mieux le projet. En effet, cet executive summary peut servir de pitch pour l’entrepreneur afin que celui-ci est un discours impeccable.

2. La présentation de la structure

Les lecteurs ont besoin de connaître ce qu’est le projet et surtout, les personnes à l’origine de celui-ci. Effectivement, il est primordial de détailler la présentation des membres fondateurs. Il faut que le lecteur connaisse les formations, le parcours professionnel ou encore les compétences de chacun des fondateurs pour comprendre au mieux le projet. Leur rôle dans la future entreprise est également à mettre ne lumière afin que la vision soit encore plus percutante. En connaissant les personnes à l’origine du projet, celui-ci devient plus clair et l’on peut comprendre les valeurs émanantes de la future entreprise. Les différents fondateurs doivent mettre en avant leur complémentarité sur les différents aspects de la structure.

Concernant la structure en elle-même, il est intéressant d’expliquer son historique avec la naissance de l’idée du projet. Il est important de citer les valeurs que les fondateurs veulent soulever avec leur entreprise. Ces valeurs marquent la motivation du projet et ont de l’impact dans le chemin de vie de l’entreprise. Il faut par la même occasion présenter le statut juridique choisi pour sa société (l’EURL, la SARL, la SASU, la SAS, la SCI…). Ce statut choisi définira immédiatement le régime social et fiscal applicable. C’est également avec la connaissance de celui-ci que l’on pourra se rendre compte de son taux de charges et de frais (imposition, sécurité sociale, etc…). A ce titre, le siège social sera également défini.

3. La définition de son offre (produits ou services)

Cette partie est une description simple du déploiement de l’activité choisie. Il est important de bien détailler les produits ou services que l’entrepreneur va promouvoir via sa société. Quelle solution cette entreprise va-t-elle apporter ? Décrire les différences et les nouveautés apporter à ce qu’il peut exister actuellement sur le marché est un réel plus.

4. L’étude du marché

L’étude de marché est indispensable pour prouver la solidité du projet. L’analyse doit être poussée à son maximum pour prouver que ce projet à du sens et à un but à assouvir. 3 axes sont à analyser principalement :

  • La demande : il faut identifier une cible principale par l’intermédiaire de “personna”. Les personnas sont des présentations de personnes qui n’existent pas réellement mais qui pourrait être une cible principale à notre offre. Après avoir identifier sa cible il est important d’analyser ses comportement et habitudes de consommation. Quelles sont ses attentes ? Quel est son budget ? A quelle fréquence consomme-t-elle ? Etc… Cette étude de la demande se fait généralement par des sondages et questionnaires qualitatifs et quantitatif auprès de sa cible principale.
  • L’offre : l’étude de l’offre permet de déterminer sa place dans le marché visé. Il faut analyser les concurrents principaux et secondaires. L’analyse est à prévoir comme ceci : Qui sont les concurrents ? Combien sont-ils ? Quelle place prennent-ils dans le marché ? Quelle est leur offre ? Quels sont leurs prix ? Comment communiquent-ils auprès de leur cible ? Par quels biais commercialisent-ils leur offre ? Etc… Il est très rare de ne pas avoir de concurrence, si vous ne trouvez pas de concurrence directe, cherchez à analyser les concurrents indirects.
  • L’avantage concurrentiel : Il faut identifier les carences actuelles du marché visé afin d’y apporter une solution. Cette solution est appelée “avantage concurrentiel”?. C’est-à-dire que l’entreprise se positionnera sur un besoin du marché qui n’est pas encore assouvi par ses concurrents.

5. La stratégie commerciale

La stratégie commerciale est la définition des moyens mis en place pour atteindre les objectifs de l’entreprise fixés par l’entrepreneur. Celle-ci peut être définie par plusieurs moyens. Nous allons aborder ici la méthode dites “marketing mix” ou “les 4 P” :

  • Product (produit) : il faut définir les biens/services commercialisés par l’entreprise en dressant toutes les caractéristiques ce ceux-ci.
  • Price (prix) : il faut lister les différentes offres, promotions, tarifs exercés par la société et proposés aux cibles.
  • Place (canaux de distribution) : où est-ce que le produit/service est commercialisé ? Cela peut être en boutique physique, boutique en ligne, par des distributeurs physiques ou en ligne, etc…
  • Promotion (publicité/communication) : quelle stratégie de communication va être déployée ? Cette stratégie définie sur un rétroplanning toutes les actions de communication mis en place sur l’année à venir.

6. Le plan de communication

La stratégie de communication commence tout d’abord à identifier qui est l’entreprise, quelle est son identité et qu’est-ce qu’on veut qu’elle représente auprès des clients. Cette première étape passe par le positionnement de l’entreprise en allouant une charte graphique (logo, couleurs principales, police d’écriture, etc.) qui lui sera fidèle tout au long de son existence. Cette charte graphique a la possibilité d’évoluer et changer au fil du temps.

Une fois que l’identité de l’entreprise est définie, il faut ensuite établir une liste de moyen de communication qui vont être mis en place. Ces moyens vont permettre de faire connaître à notre cible l’existence de cette nouvelle entreprise. Parmi ces moyens nous pouvons lister : les média digitaux (plateforme en ligne, emailing, intranet, newsletter, réseaux sociaux, etc.) ou les média physique (télévision, radio, presse, affichage, flyers, etc.).

7. Le business model et la stratégie de financement

Le business model est tout simplement l’explication du concept qui va faire évoluer l’entreprise et dégager des bénéfices au fil du temps. Ce plan est à bien définir pour faire de son business plan un outil convaincant auprès du lecteur. Pour cela, il faudra dans un premier temps créer un tableau financier prévisionnel expliquant le chiffre d’affaire minimum espéré au bout de la première année d’exercice. Afin de définir ce CA (chiffre d’affaire), il faudra estimer un nombre de vente et un panier moyen par vente. Il faudra également imputer les charges tels que le loyer, les salaires, les coûts de fabrication et distribution, les prêts, etc. Ce calcul va permettre de déterminer le seuil de rentabilité, le point zéro où l’entreprise réussira à couvrir toutes les charges. Au delà de ce seuil, la société dégagera des bénéfices.

En plus du tableau prévisionnel, il faudra créer un second tableau énumérant le plan de financement. C’est-à-dire répondre à la question : où et comment trouver les financements ? Il faut pour cela lister les besoins et les ressources mobilisées ainsi que les moyens de financement internes (apport) et externes (investisseurs, banques, dons, aides de l’État ou autre, etc.).

Ces tableaux vont permettre de faire comprendre au lecteur que vous maitrisez la stratégie de financement de votre projet ainsi que la gestion de votre trésorerie. N’hésitez pas à prendre des conseils auprès de professionnels (physiques ou en ligne) pour la réalisation du business model.

Conclusion

Vous connaissez dorénavant les parties importantes de business plan pour convaincre votre banque ou vos investisseurs. Ne négligez aucune de ces parties essentielles au bon développement de votre société. Ce document, s’il est bien réalisé, vous permettra d’obtenir une vision claire de votre projet, de sa mise en place et de son évolution. Vous pouvez également personnaliser ce modèle en fonction de votre interlocuteur. En effet, mettre en avant les parties qui intéressent le plus votre lecteur. Après l’écriture de ce business plan, il est important de s’entrainer à “pitcher” son business plan afin de finir par convaincre le lecteur de la bonne maîtrise du projet et de la viabilité de celui-ci.

A lire aussi : A quoi sert un Business plan ? Quelle est sa définition ?

qu'est-ce-qu-un-business-plan

Vous êtes prêts à vous lancer et êtes convaincu par la mise en place d’un business plan mais, vous ne savez-pas par quoi commencer ?

N’hésitez-plus, obtenez dès maintenant la création de votre business plan personnalisé pour votre entreprise avec notre plateforme en ligne JURIDEAL.FR.

Si vous émettez encore des doutes sur la question, n’hésitez pas à nous joindre dès maintenant par mailtéléphone ou Messenger afin que l’on puisse répondre à vos questions et construire au mieux votre projet.

Rendez-vous par ici pour créer votre business plan

Suivez nous sur les réseaux sociaux Facebook ou LinkedIn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *